Evitez le Burnout

Diffusé le 25 juin 2019

L’évolution actuelle de notre société pousse les individus à en faire toujours de plus en plus et de plus en plus vite. Certains chercheurs disent que dans dix ans, le burn-out et les maladies liées au stress seront les maladies les plus répandues sur terre. Pour la science, aujourd’hui, le burn-out reste une énigme. La médecine ne la reconnait pas comme une maladie, ce qui pose beaucoup de problème à ceux et celles qui en vivent un.

Le burn-out apparait dans des contextes favorables. Les personnes qui ont une exigence personnelle très élevée, soumises à une pression forte de l’environnement sont les plus touchées. Le burn-out est très lié à l’estime de soi. Les personnes qui s’impliquent le plus dans leur travail, qui veulent absolument réussir, en sont souvent victimes, surtout si elles ont des difficultés relationnelles avec leur hiérarchie. 

Il y a beaucoup de signes avant-coureurs du burn-out, mais les personnes concernées préfèrent les ignorer, peut-être parce que les reconnaitre pourrait être perçu comme une preuve de faiblesse. Ce qui est insupportable dans une course à la réussite. Ces signes sont pourtant bien connus : stress constant, maux de dos, fatigue constante, mauvais sommeil, perte d’appétit, perte de mémoire, difficulté à se concentrer, peur d’aller travailler, vertiges, ….

Ce qui distingue le burn-out de la dépression est qu’il apparait généralement en contexte professionnel et qu’il est lié à un excès de travail. Certains l’appellent « dépression due à l’épuisement ».

La façon dont se manifeste le burn-out est différente selon les personnes. Certains font des malaises et sont envoyé aux urgences, d’autres, un matin, sont incapables d’aller travailler et se mettent à pleurer à l’idée d’y aller, où encore se bloquent soudainement dans une activité (tennis, conduite, ..) et ont ensuite, pendant un moment,  un comportement désordonné et autiste, …

Les conséquences du burn-out peuvent être graves. Sur le plan médical, l’excès de stress a un impact important sur le corps. Il affecte la transmission électrique dans les circuits neuronaux, d’où la perte de mémoire et  de concentration. Cela affecte également la réflexion  et les émotions

Après un burn-out,  des connexions entre certains neurones sont rompues, ce qui explique qu’il faut plusieurs mois, parfois plusieurs années, pour s’en remettre. Durant tout ce temps, la personne est réellement handicapée pour travailler et avoir des relations sociales.

Le meilleur des traitements contre le burn-out est la prévention. Les signes avant-coureurs sont clairs et nombreux, même si il est possible de les manifester longtemps sans pour autant déclencher un burn-out. 

Mais lorsque les signes se manifestent, la qualité de vie de la personne est profondément dégradée, son entourage s’en aperçoit et en souffre, et l’intérêt de tous est de réagir rapidement.

Aujourd’hui, le traitement préventif et le traitement post burn-out sont très similaires, sauf que, dans le deuxième cas, il sera beaucoup plus long et souvent accompagné par des médicaments.

En préventif, la première chose à faire est de réduire le temps, et d’améliorer les conditions, de travail. Ce n’est pas facile à réaliser, car la personne, en général, a des contraintes financières et des difficultés pour communiquer avec sa hiérarchie.

Ensuite, il faut travailler sur la réduction du stress. Cela passera par un travail par la parole (groupe de parole, psychothérapie, coaching) et  un travail sur le corps (relaxation, yoga, méditation, activité physique, …). Seul, il est très difficile de venir à bout de cette «maladie». D’autant plus que souvent, des addictions se sont ajoutées au stress et ont compliqué le problème. La reconstruction peut être longue.

Pour terminer sur un point positif, le burn-out est l’occasion, pour beaucoup, de remettre en question leur mode de vie, de travailler sur l’estime d’eux-mêmes, sur qui ils sont vraiment et qu’est ce qu’ils ont vraiment envie de faire de leur vie,  et aussi sur leurs besoins réels pour être heureux et bien dans leur peau. Certains quittent la ville pour aller vivre à la campagne, d’autres changent de métier et font ce qu’ils aiment vraiment, d’autres encore créent leur propre activité.

L’augmentation constante des burn-out est aussi un signal fort pour notre société et nos dirigeants. 

Il indique qu’il est temps de remettre en question le mode de fonctionnement de notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *